Histoire

Événements historiques clés pour comprendre le Vietnam
 

Ecrit en juillet 2020

L'histoire du Vietnam n'est pas seulement une terrible histoire de guerre avec les américains, elle est aussi riche et pleine de rebondissements que n'importe où sur la planète. Ce que beaucoup ignorent, c'est que la civilisation vietnamienne remonte à des siècles avant la guerre et est aussi sophistiquée que son voisin la Chine, même si elle est largement influencée par elle en raison d'une occupation millénaire. Puis vint la colonisation française, mêlée à une tentative de domination japonaise, et enfin à une invasion américaine. Au fil des siècles, tous ces envahisseurs seront vaincus, donnant naissance à des héros nationaux dont les exploits face aux étrangers ont inspiré des générations de patriotes.

Commençons par quelques chiffres toujours bons à connaitre pour toute personne intéressée par un voyage au Vietnam:

Superficie: 310 070 km²
Frontières: 3 avec le Laos (2161 km), le Cambodge (1158 km) et la Chine (1297 km)
Population: 97,363,318 (juillet 2020)
Devise: 1 USD = 23200 VND / 1 € = 26200 VND (juillet 2020)
Ethnicité: 54 (Kinh (Viet) 85,7%, Tay 1,9%, Thai 1,8%, Muong 1,5%, Khmer 1,5%, H'Mong 1,2%, Nung 1,1%, Hoa 1%, autres 4,3%)



ORIGINES & LÉGENDE
On sait très peu de choses sur les origines du peuple vietnamien. Jusque dans les années 1960, les récits de leurs origines reposaient principalement sur des sources chinoises selon lesquelles ils seraient issus de la civilisation Yue basée dans le sud de la Chine, traduits par "Viet" en vietnamien.

Le sud du Vietnam faisait partie du royaume cambodgien d'influence indienne de Funan - connu sous le nom de Khmers - centré autour de la grande cité d'Angkor. Les Funanese étaient des experts en transport et en irrigation du riz avec leur principal port établi dans le delta du Mékong.

Le centre du Vietnam était alors occupé par le royaume hindou de Champa, également influencé par l'Inde dans son art et sa culture. Les Cham cherchaient toujours à étendre leur territoire, vivant donc constamment en état de guerre. Malheureusement pour eux, leurs voisins, les vietnamiens au nord et les Khmers au sud, se sont montrés plus puissants et les Cham ont fini par perdre des parties de leur royaume. Des vestiges de leur civilisation peuvent être visités dans le sanctuaire de My Son près de Hoi An.

En l'absence d'histoire écrite, l'histoire de l'ethnogenèse du peuple vietnamien se confond avec des légendes qui apportent un soupçon de mystère. Le peuple viet serait né de l'amour de la reine des fées Au Co, faite de feu et du dragon Lord Lac Long Quan, fait d'eau. De leur amour sont nés cent œufs. Puisque l'Eau et le Feu ne peuvent pas rester ensemble, Lac Long Quan et Au Co prennent la décision de se séparer, prenant chacun cinquante de leurs enfants. La moitié de leur progéniture a suivi leur père à la mer, tandis que l'autre moitié a suivi leur mère dans les montagnes, pour constituer les ethnies minoritaires montagnardes.
L'un des enfants de la montagne est alors devenu le dirigeant d'un royaume appelé Van Lang, situé dans le delta du fleuve Rouge, et a donné naissance à la dynastie Hong Bang. L'histoire peut alors prendre le relais.

Dessin représentant Au Co et Lac Long Quan se disant au revoir, chacun prenant cinquante de leurs enfants


DOMINATION CHINOISE
Pendant plus de 100 ans, le peuple viet repoussera les soldats chinois. Ils réussiront jusqu'en 111 av.J.-C. quand, sur ses conflits de succession, la Chine y voit une opportunité d'envoyer des troupes et finira par gagner. Cette victoire annoncera le début de plus d'un millénaire sous la domination chinoise.

Chaque conquête est accompagnée de nombreuses batailles, de centaines de morts, de travaux forcés et de demandes de tributs. Cependant, pendant 1000 ans et de nombreuses rébellions - y compris les célèbres Sœurs Trung qui ont rallié le peuple et réussi à repousser les Chinois pendant 3 ans - un sentiment d'identité nationale a commencé à se développer parmi les vietnamiens.
Mais chaque envahisseur apporte également de nombreuses innovations, des connaissances scientifiques et médicales, donnant aux premiers vietnamiens les outils pour développer leur pays. Grâce à la construction de digues et de systèmes d'irrigation pour cultiver le riz, la population s'est agrandie et s'est dirigée vers le sud, vers le royaume Cham, pour gagner plus de territoires.

Au début du Xe siècle, toujours à cause de conflits de succession mais en Chine cette fois, les Vietnamiens ont saisi l'opportunité de se révolter et ont réussi à obtenir leur indépendance pendant plus de deux siècles, au cours desquels la dynastie Ly, suivie par la dynastie Tran, a continué l'expansion , poussant de plus en plus les Cham vers le sud. De nombreux ennemis ont tenté d'attaquer - chinois, khmer, cham et mongol - mais tous ont été repoussés. Au moins jusqu'au début du XVe siècle, lorsque la Chine a réussi à reprendre le contrôle pour encore 20 ans grâce à… oui en effet un autre différend de succession.

Cette nouvelle tentative de forcer les vietnamiens à devenir chinois ne fait que renforcer leur détermination, et en 1418 un mouvement de résistance nationale démarre. Finalement, il réussit à renverser la domination chinoise en 1428. Le Loi, riche propriétaire terrien qui commença le mouvement, se déclara peu après empereur et la dynastie Later Le commença.

Représentation des Sœurs Trung partant en guerre à dos d'éléphants


INDÉPENDANCE & DIVISION
Cette troisième dynastie a introduit de nombreuses réformes, y compris un code juridique sophistiqué, introduit l'art, la littérature et l'éducation, développé l'agriculture et conduit le dernier des Cham plus au sud pour récupérer leurs terres fertiles entre Da Nang et Nha Trang. L'élimination du Champa a été peu de temps après suivie par la conquête du sud et du delta du Mékong qui appartenaient encore aux Khmers. Saigon est devenu vietnamien avant 1700 et tout le sud a suivi au cours des décennies suivantes.

Le pays devenant plus fort et le territoire plus grand, des gouvernements locaux ont été construits qui ont finalement abouti à des guerres civiles et à la division du pays à deux reprises au cours des 150 prochaines années. La première division a eu lieu en 1527 lorsque la forte famille Mac a déposé les dirigeants Le. Ces derniers, avec l'aide de généraux fidèles, reprendront progressivement le contrôle après 50 ans de guerre civile.

La deuxième division est beaucoup plus importante. Cela s'est produit en 1620 lorsque la famille Nguyen - dirigeants des provinces du sud de Hue depuis 1558 - a rejeté la souveraineté du nord. Fatigué de pqyer tribut à la famille Trinh, représentant les monarques Le, de nombreuses guerres civiles ont commencé, se terminant par une trêve de 100 ans en 1673. La trêve était en fait une couverture pour une période de chaos politique et de révolution jusqu'à ce que trois frères - les Tay Sons - réussissent à renverser le régime du sud en 1777, suivi des Trinh au nord en 1786.

Les chinois ont tenté une autre invasion en 1788, mais sans succès. Cependant, cette même année, un seigneur Nguyen qui a échappé au massacre de sa famille, a réussi à vaincre les Tay Sons en recherchant le soutien des français. En 14 ans, Nguyen Anh a vaincu les armées Tay Sons du sud au nord, en utilisant l'assistance militaire française, jusqu'à la victoire finale en 1802. Il a adopté le titre et le nom d'empereur Gia Long, et le pays a alors reçu le nom de Vietnam.

Porte d’entrée de la tombe de l’empereur Gia Long, fondateur de la dynastie Nguyen - à Hue, dans le centre du Vietnam


COLONISATION FRANÇAISE
Les premiers explorateurs occidentaux, portugais, sont arrivés au Vietnam en 1516. Au cours des années suivantes, ils ont développé un centre commercial à Hoi An, au centre du Vietnam, ce qui explique le mélange de cultures et d'architecture dans cette charmante ville. D'autres missionnaires ont suivi au XVIème siècle et le plus célèbre bien sûr est Alexandre de Rhodes, français, qui a effectué une transcription de la langue vietnamienne en écriture romaine, encore utilisée aujourd'hui.

Même si les missionnaires français ont soutenu Nguyen Anh afin qu'il récupère le royaume des mains des Tay Sons, ce n'est qu'en 1857 que la décision d'envahir le Vietnam est prise par Napoléon III. C'était simplement le résultat de la montée du capitalisme français, qui a alimenté le besoin de marchés d'outre-mer et d'une présence française plus importante sur les territoires asiatiques. Par conséquent, en août 1858, les premiers navires ont attaqué la ville de Da Nang dans le centre du Vietnam et l'ont transformée en base militaire française. Deux semaines plus tard, Saigon (Ho Chi Minh-Ville) a été saisie.

Les vietnamiens ont bien sûr résisté, ce qui a ralenti la progression des troupes françaises. En 1867, le sud du Vietnam devient une colonie française et reçoit le nom de Cochinchine. Puis 16 ans plus tard, en 1883, tout le pays est conquis, le nord est nommé Tonkin par les français et le centre du Vietnam s'appelle Annam. L'Union indochinoise a été officiellement annoncée en 1887, composée de la colonie de Cochinchine et des quatre protectorats de l'Annam, du Tonkin, du Cambodge et du Laos.

Pont Long Bien traversant la rivière Rouge, construit entre 1898 et 1902. Il a été nommé pont Paul Doumer pendant la colonisation en l'honneur du gouverneur général d'Indochine

L'ère expansionniste touche à sa fin et les vietnamiens sont contraints de remettre leur territoire aux autorités coloniales françaises. Les français avaient de grandes ambitions pour la région, ils ont commencé par imposer une administration à l'occidentale laissant les responsables vietnamiens sans réel pouvoir, et ouvrant l'Indochine à l'exploitation économique au profit de la France. L’exportation des ressources naturelles du Vietnam, telles que le riz, le charbon, les minéraux rares et le caoutchouc, était l’objectif principal de tous les investisseurs français qui étaient plus intéressés par les profits immédiats que développer l’économie de la colonie.

En résumé, à mesure que les français s'enrichissaient, les vietnamiens étaient de plus en plus privés de tout droit. Leurs terres ont été prises, l'éducation et les soins médicaux sont rares, les libertés civiles sont inexistantes et ils sont exclus du secteur commercial et industriel. La politique française a conduit à plusieurs mouvements de libération nationale qui se sont renforcés de plus en plus jusqu'à ce qu'un homme fasse la différence en 1930 en créant le premier Parti communiste vietnamien, Ho Chi Minh, la figure la plus importante du mouvement national. Plusieurs soulèvements ont suivi, provoquant de lourdes rétributions de la part des français, forçant le parti à se cacher.

L'Opéra de Hanoi construit par les Français entre 1901 et 1911


SECONDE GUERRE MONDIALE, COMMUNISME & GUERRES D'INDOCHINE
Alors que l'Europe entrait dans la Seconde Guerre mondiale, le Japon y a vu une excellente occasion d'étendre sa présence dans le pays. Ainsi, sous prétexte d'offrir une assistance militaire aux français dans leur colonie alors que la France était occupée par les nazis, ils prirent lentement le contrôle du Vietnam en 1940, gardant une administration française à des fins politiques uniquement.

L'occupation japonaise offrit cependant une autre chance au Parti communiste vietnamien - ou Parti communiste indochinois comme il était appelé depuis la fin des années 1930 - de se rétablir. En 1941, à la demande de Ho Chi Minh, le Parti a formé une alliance nationaliste appelée la Ligue pour l’indépendance du Vietnam, connue plus tard sous le nom de Viet Minh.

Ho Chi Minh a joué ses cartes très intelligemment et alors que les forces alliées attaquaient le Japon après Pearl Harbor, il les informait régulièrement des mouvements des troupes japonaises en Indochine. Lorsque le Japon se rendit en août 1945, les français étant désorganisés après la guerre, les Viet Minh ordonnèrent un soulèvement général parvenant à prendre le pouvoir à Hanoi. La République démocratique du Vietnam était née.

Même si le Parti communiste avait déjoué ses rivaux, les français n'en avaient pas encore fini et étaient prêts à restaurer leur présence coloniale en Indochine. Avec l'aide des forces britanniques, ils ont attaqué par le sud en reprenant le contrôle de la Cochinchine, créant ainsi en 1946 deux Vietnams composés d'un nord communiste et d'un sud capitaliste.

Dans un premier temps, les deux parties ont signé un traité de paix déclarant que la France reconnaîtrait le gouvernement du Viet Minh et lui donnerait le statut d'État libre au sein de l'Union française. En outre, les troupes françaises devaient se retirer progressivement de la partie nord sur une période de cinq ans. Pendant ce temps, Ho Chi Minh a consolidé la collaboration du Viet Minh et des autres groupes nationalistes.

Les forces japonaises se frayant un chemin à Lang Son, au nord-est du Vietnam en 1940

Malgré la solution pacifique annoncée publiquement, sous la surface les choses étaient différentes: la France n'avait qu'un seul but, rétablir la domination coloniale, et les Viet Minh voulaient une indépendance totale. Après quelques mois seulement, les navires français bombardèrent Haiphong causant des milliers de victimes, et les Viet Minh ripostèrent en décembre 1946. La première guerre d'Indochine avait commencé, menant finalement à une victoire française grâce à leur supériorité militaire. Cette première guerre a cependant eu pour effet de pousser tous les vietnamiens - communistes et non-communistes - à se rallier et à partager le même rêve d'indépendance.

Ho Chi Minh (deuxième à gauche) avec des soldats Viet Minh en 1947

La Chine communiste a grandement soutenu le mouvement nationaliste vietnamien et a fourni des armes à feu pour aider à leur révolte. C'est la première fois que les États-Unis d'Amérique se mêlaient au conflit indochinois et envoyèrent de grandes quantités d'aides aux français, dans le but d'arrêter la propagation du communisme en Asie. Mais même avec ce soutien supplémentaire, les français ont perdu leur base dans le nord à Dien Bien Phu en 1954, qui était capitale pour couper les lignes d'approvisionnement nationalistes au Laos et maintenir une forte présence dans la région nord.

Leur défaite à Dien Bien Phu a conduit les français à négocier la fin de la guerre lors d'une conférence internationale à Genève la même année. Les accords de Genève ont déclaré un cessez-le-feu et une division temporaire du pays en deux zones militaires dont la latitude est égale à 17° nord - communément appelé le 17e parallèle. Toutes les forces Viet Minh devaient se retirer au nord de cette ligne, et les français resteraient au sud. Des élections devaient avoir lieu en 1956 dans tout le Vietnam afin d'unifier le pays, mais les dirigeants du sud et les États-Unis n'ont pas approuvé par crainte que Ho Chi Minh ne gagne, et les élections n'ont jamais eu lieu.

Victoire du Viet Minh à Dien Bien Phu en 1954 marquant la fin de la première guerre d'Indochine avec les français

Dans cet accord fragile, les deux Vietnams ont tout de même commencé à se reconstruire. Le nord a développé un programme d'industrialisation socialiste ainsi qu'un système d'agriculture collective basé sur les principes communistes, avec l'aide de l'Union soviétique et de la Chine. Dans le sud, le modèle est resté influencé par l'Occident et avec le soutien des américains, Ngo Dinh Diem, catholique romain malgré la population majoritairement bouddhiste, est passé de Premier ministre à Président de la République du Vietnam (Sud-Vietnam) en un an.

Ngo Dinh Diem, président du Sud-Vietnam, lors de sa visite aux États-Unis à Washington en 1957

Diem était un dirigeant tyrannique et employait des mesures fortes contre tout opposant - politique ou religieux. La gestion du gouvernement est devenue une affaire de famille lorsque le frère de Diem, Ngo Dinh Nhu, a fondé une organisation clandestine pour espionner les fonctionnaires et les citoyens et tester leur loyauté envers la famille Ngo. Après le refus de Diem de participer aux élections ouvertes convenues dans les accords de Genève, les forces communistes du nord - le Viet Cong - ont lancé une insurrection pour conquérir le sud et enfin unifier tout le pays. Le mouvement a presque réussi puisqu'en novembre 1963, Diem et son frère Nhu ont été tués dans le coup d'État.

Une période d'instabilité politique a suivi dans le sud - considérée comme la seconde guerre d'Indochine - les Viet Cong ont infiltré de plus en plus la partie sud du pays, recevant un grand soutien de la population en route. Mais depuis les années 1950, les américains ont porté un intérêt particulier à la région et la protection du régime de Saïgon est devenue un symbole de leur lutte contre le communisme. Jusqu'en 1960, les États-Unis ne participaient que financièrement à la lutte, mais le Viet Cong avançant de plus en plus, des actions supplémentaires étaient nécessaires.

Sud-vietnamiens célébrant le renversement du régime de Diem par le Viet Cong en novembre 1963


LA GUERRE DU VIETNAM
Entre 1960 et 1963, le nombre d’équipements militaires américains et de «conseillers» pour la formation de l’armée a considérablement augmenté. Bientôt, des pilotes d'hélicoptères et des destroyers américains ont été déployés pour tenter de repousser le communisme, personnifié par le Viet Cong. En février 1965, le président américain Johnson a autorisé les premiers bombardements du Nord-Vietnam. Quatre semaines et d'innombrables victimes civiles plus tard, les premières troupes américaines sont arrivées au Sud-Vietnam. En juillet 1965, le nombre de soldats américains avait atteint 75 000; en 1968, ils étaient plus de 500 000.

Trois années de bombardements intensifs dans le nord - entre 1965 et 1968 - et de combats terrestres dans le sud, n'ont pas affaibli la volonté des Viet Cong et de leurs alliés. Les célèbres sentiers de Ho Chi Minh, traversant le Laos et le Cambodge, ont aidé des milliers de soldats du nord à atteindre le sud et à aider la résistance. Le nord était bien organisé et en janvier 1968, ils lancèrent l'offensive du Têt au cours de laquelle plus de 100 villes et bases militaires furent attaquées, détruites ou saisies par les Viet Cong.

Ces attaques coordonnées ont montré la détermination du peuple vietnamien et sa force continue dans le conflit. La guerre américano-vietnamienne est devenue politiquement inacceptable et le nombre d'attentats à la bombe dans le nord du pays a diminué, ouvrant la voie à des négociations de paix à Paris à partir de mai 1968. Cependant, alors que les pourparlers de Paris se poursuivaient avec le retrait des troupes américaines, de nouveaux ordres, émanant du président américain nouvellement élu Nixon, approuvaient l'attaque des sentiers de Ho Chi Minh au Laos et au Cambodge.

Des hélicoptères de l'armée américaine ouvrant le feu pour couvrir l'avancée des soldats sud-vietnamiens près de Tay Ninh à la frontière avec le Cambodge, en mars 1965 (Photo: Horst Faas / AP)

Un policier du Sud-Vietnam tirant sur un Viet Cong présumé dans une rue de Saïgon pendant l'offensive du Têt en février 1968 (Photo: Eddie Adam / AP)

Les Accords de Paris furent finalement signés en janvier 1973, un traité de paix prévoyant le retrait complet des troupes américaines dans un délai de 8 semaines. Alors les américains sont partis mais la guerre n'était toujours pas finie, qu'en est-il du régime de Saïgon en place? Ils essayaient toujours d'éliminer les alliés communistes au sud, bien sûr. Entre-temps, Hanoï avait rassemblé suffisamment de forces dans le nord et était désormais convaincu que le seul moyen d'unifier le pays était une attaque armée du sud pour se débarrasser une fois pour toutes de l'opposition.

En l'espace de deux ans, les troupes nord-vietnamiennes ont marché vers le sud, franchi le 17e parallèle et, le 30 avril 1975, les communistes sont entrés triomphalement à Saïgon, brisant les portes du palais d'Indépendance avec leurs chars. Le gouvernement du sud s'est rendu, ce qui a mis fin à la seconde guerre d'Indochine, et Saigon a été renommé en l'honneur du plus grand héros national, Ho Chi Minh, décédé en septembre 1969 d'une crise cardiaque.

Quelques heures à peine après la reddition, les derniers américains ont été évacués par avion, laissant derrière eux les vietnamiens qui les soutenaient. Dans les cinq années qui suivirent, un demi-million de vietnamiens fuirent le pays désormais communiste. Ceux qui sont partis par la mer sont devenus connus sous le nom de «boat people», et entre pirates et tempêtes, les survivants ont trouvé refuge en Australie ou en France.

Pour résumer, les chiffres officiels montrent que 3,14 millions d'américains ont servi dans les forces armées américaines au Vietnam pendant la guerre, près de 59 000 ont été tués ou sont portés disparus au combat. Du côté vietnamien, environ 224 000 soldats sud-vietnamiens ont été tués au combat, tandis que les pertes nord-vietnamiennes ont été estimées à 1 million. Environ 4 millions de civils ont été blessés ou tués pendant la guerre, dont beaucoup sont la conséquence directe des bombardements américains dans le nord. Aujourd'hui encore, au moins 300 000 vietnamiens et 2 200 américains sont toujours portés disparus et les recherches se poursuivent.

Un char nord-vietnamien entrant par les portes du palais d'indépendance de Saïgon le 30 avril 1975


RÉUNIFICATION & NAISSANCE D'UNE NATION
Le pays a été officiellement réunifié le 2 juillet 1976 lorsque la République socialiste du Vietnam a été proclamée, avec Hanoi comme capitale. Le Vietnam devait maintenant faire face à une quantité incroyable de problèmes politiques et économiques pour faire fonctionner cette réunification. La guerre a laissé des millions de personnes sans abri ou blessées à travers le pays, une expansion industrielle et agricole était une nécessité, mais la mise en œuvre de nouvelles réformes s'avérerait extrêmement difficile.

En effet, le nord du Vietnam était en guerre depuis plus d'une génération et les nouveaux membres du Parti n'étaient pas habitués à faire face aux problèmes de reprise économique. Entre la résistance rencontrée dans le sud, l'ingérence de la Chine et les grandes inondations et sécheresses, les choses étaient très incertaines.
En plus de ces problèmes internes, le régime voulait également former une alliance avec les gouvernements du Laos et du Cambodge, face à l’hostilité des États-Unis et de la Chine qui envisageaient une coopération avec les voisins du Vietnam. Le régime khmer rouge, dirigé par Pol Pot au Cambodge, a cependant refusé de participer, estimant que les communistes vietnamiens envisageaient de créer une fédération indochinoise avec le Vietnam comme chef de file. En conséquence, les Khmers rouges ont repoussé toutes les forces militaires vietnamiennes hors de leur pays et ont attaqué plusieurs îles du sud en affirmant qu'elles faisaient partie de leur territoire, tuant des centaines de civils dans le processus.

Les troupes de Pol Pot ont attaqué à plusieurs reprises le Vietnam au cours des deux années suivantes, soutenues par les chinois, jusqu'à ce que le Vietnam décide finalement de faire face à ces conflits une fois pour toutes, et franchit la frontière pour vaincre le régime khmer rouge à la fin de 1978. Le gouvernement vietnamien aida alors le Cambodge à installer un nouveau gouvernement à Phnom Penh et soutiendra la reconstruction des systèmes économiques et éducatifs du pays.

Pol Pot dans la jungle du Cambodge donnant une interview

La plupart des survivants khmers rouges ont fui vers la Thaïlande et, avec le soutien de la Chine, ont contacté le Conseil de sécurité des Nations Unies pour dénoncer l'occupation vietnamienne, omettant les exactions qu'ils ont eux-mêmes commis. Sans surprise, la Chine, les États-Unis, la France et d'autres pays alliés ont soutenu le régime cambodgien vaincu, imposant un embargo commercial de la plupart des pays occidentaux, laissant le Vietnam de plus en plus isolé du monde. Hormis le nouveau régime cambodgien et le gouvernement du Laos, l'Union soviétique et ses alliés européens étaient les seuls à soutenir le Vietnam.

Ainsi, sous une telle pression extérieure et le coût du stationnement des troupes au Cambodge et à la frontière chinoise, les difficultés économiques du Vietnam ont continué. Des réformes s'imposaient et ce n'est qu'en 1988, alors que le soutien de l'Union soviétique diminuait, que le gouvernement a effectivement mis en œuvre un programme économique visant à libéraliser les échanges, qui s'est avéré efficace et a contribué à stabiliser l'économie.

Dans un effort pour améliorer les relations avec ses voisins, le Vietnam a retiré ses forces armées du Cambodge jusqu'en 1989, mais avec l'éclatement de l'Union soviétique en 1991, les affaires étrangères sont devenues plus cruciales que jamais, le pays étant laissé complètement seul. Une conférence de paix qui s'est tenue à Paris a officiellement mis fin au conflit cambodgien la même année, laissant place à une normalisation des relations avec la Chine, le Japon et l'Europe.
Le deuxième accord signé par les vietnamiens visait à aider les États-Unis à récupérer les soldats américains toujours portés disparus au combat. Cet élément clé a encouragé les États-Unis à lever l'embargo en 1994 et à ouvrir des relations diplomatiques avec Hanoi en 1995. Enfin, le Vietnam a été accepté comme membre de l'ASEAN en 1995, symbolisant sa reconnaissance totale en tant que nation.

Les troupes vietnamiennes à Kampong Cham, au Cambodge, avant leur retrait en 1989

Warren Christopher, secrétaire d'État américain, et Nguyen Manh Cam, ministre vietnamien des Affaires étrangères, signent un protocole ouvrant les relations diplomatiques entre les deux nations le 5 août 1995


LE VIETNAM AUJOURD'HUI
Depuis les années 1990, le Vietnam est enfin en paix et la réconciliation avec les grandes nations a ouvert de nombreuses portes. Le gouvernement a adopté une approche pragmatique et s'est d'abord concentré sur les questions économiques en autorisant une loi sur l'investissement étranger relativement libérale et en décollectivisant l'agriculture, réduisant considérablement le nombre d'entreprises publiques. Les résultats de ces mesures libérales ont été un franc succès et les stocks alimentaires ont suffisamment augmenté pour que le Vietnam puisse commencer à exporter du riz. De nombreux emplois ont été créés dans le secteur privé et les investissements étrangers ont augmenté dans plusieurs domaines, dont le tourisme, qui est désormais considéré comme un secteur économique clé. Au cours de la décennie, la croissance du produit intérieur brut (PIB) a été en moyenne de près de 8% par an.

Ces mesures libérales représentent cependant une préoccupation lorsqu'il s'agit de préserver l'orientation socialiste du Vietnam. Les dirigeants craignaient que les investissements étrangers n'apportent trop de corruption, d'inégalité et de matérialisme, sapant ainsi le Parti. En conséquence, en 1999, le Vietnam a refusé de signer un accord commercial avec les États-Unis qui leur aurait assuré une place au sein de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC). Cette décision a ralenti la progression rapide du Vietnam, aboutissant finalement au remplacement du chef du Parti. En 2001, les négociations ont repris et un accord a été signé avec les États-Unis, menant à l’adhésion à l’OMC en 2007. Depuis 2010, la croissance du PIB du Vietnam n’a pas été inférieure à 5%, ce qui en fait l’un des pays à la croissance la plus rapide au monde.

L’avenir s'annonce radieux pour le Vietnam et suite à la pandémie de Covid-19, sa réaction et sa capacité à gérer la situation ont attiré l’attention du monde. Le pays étant un endroit si sûr, les investissements étrangers sont de plus en plus forts et le pays se classe parmi les destinations estivales préférées. Le Vietnam se développe en mélangeant un sens de la tradition à la modernisation, ce qui en fait sans aucun doute un endroit fascinant à visiter.

Ho Chi Minh-Ville (anciennement Saigon) au Sud-Vietnam
 
Bản in
En association avec
TripAdvisor Lonely-Planet petitfute travelife