Le Vietnam s'engage pour la durabilité

Publié le 25 juin 2020
 
Le Vietnam est un pays assez intéressant à vivre. Parfois déroutant bien sûr, mais son dynamisme vous transporte. L'une de ses qualités les plus étonnantes est la vitesse à laquelle les décisions sont prises et mises en œuvre. L'épidémie de Covid-19 nous a tous mis à l'épreuve et le Vietnam a pu montrer au monde l'étendue de sa réactivité.
L'épidémie mondiale a accru la prise de conscience écologique de la santé générale de notre planète. Le confinement a montré à quel point les activités humaines ont un impact sur notre planète, nous ne pouvons plus ignorer les faits, il est donc peut-être temps de passer à la vitesse supérieure et de nous engager dans des projets environnementaux. Le Vietnam se concentre sur deux sujets principaux pour devenir plus vert. Premièrement, limiter l'utilisation du plastique, et deuxièmement, passer aux énergies renouvelables - en particulier l'énergie éolienne offshore - jusqu'à une proportion de 20% d'ici 2030.



GÉRER LES DECHÊTS PLASTIQUES OCEANIQUES
La pollution plastique n'est pas nouvelle au Vietnam, mais la situation s'est aggravée en 2018 après que la Chine a interdit l'entrée de plusieurs types de déchets solides. Les importations de déchets au Vietnam et dans les pays d'Asie du Sud-Est ont considérablement augmenté, c'est pourquoi le Vietnam a décidé de cesser de délivrer des licences pour l'importation de déchets.
Le plastique est un matériau de production très demandé, même s'il profite aux industriels, l'environnement en revanche en paie le prix. La population fait donc de son mieux pour revenir à des matériaux plus respectueux de l'environnement comme le métal, le verre ou les feuilles d'arbres.

Les feuilles de bananier traditionnelles font leur grand retour sur les étagères des supermarchés

Début 2020, le gouvernement vietnamien a publié un plan d'action national sur la gestion des déchets plastiques océaniques promettant de réduire de 75% ses plastiques marins et de cesser de générer des déchets plastiques dans les zones touristiques côtières d'ici 2030.

La Norvège et le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) travaillent actuellement sur deux projets pour améliorer la gestion des déchets et réduire la pollution plastique au Vietnam. D'abord en développant des modèles locaux intégrés de gestion des déchets ménagers et des plastiques dans cinq localités du pays. Deuxièmement, en lançant un défi à tous les pays de l'Association des Nations de l'Asie du Sud-Est (ANASE) pour mettre fin aux problèmes de pollution plastique dans les zones côtières de l'Indonésie, des Philippines, de la Thaïlande et du Vietnam.

Le problème a été rendu encore plus visible lorsque Leonardo DiCaprio - acteur américain et activiste environnemental de renommée mondiale - a partagé son opinion sur la préservation de la baie de Lan Ha, la partie sud de la baie d'Halong, atteignant ainsi plus d'un million de vues à travers le monde.
Il a écrit: « Ce village de pêcheurs traditionnel de la baie de Lan Ha, au Vietnam, flotte au sommet des eaux émeraude au milieu de formations karstiques calcaires luxuriantes. Les villageois dépendent de la mer pour survivre et vivent de la pêche, de l'aquaculture et du tourisme. Cela ressemble au paradis, mais leur mode de vie unique est menacé par les eaux usées, la pollution plastique, les activités touristiques non durables et le changement climatique. Si la baie de Lan Ha doit rester un bel endroit où vivre et à visiter, les touristes doivent prendre soin de réduire leur impact environnemental lors de leur visite - s’ils visitent. »

Baie de Lan Ha, sud de la baie d'Halong

DEVELOPPER DES RESSOURCES RENOUVELABLES
Le deuxième projet - et non des moindres - se concentrera sur l'utilisation des énergies renouvelables, plus particulièrement l'énergie éolienne. Avec ses 3000 km de côtes et ses bonnes vitesses de vent, le Vietnam a un avantage naturel à utiliser le potentiel du vent offshore.
La capacité actuelle de production d'électricité du Vietnam est d'environ 54 GW. Le gouvernement a l'intention d'atteindre 130 GW au cours de la prochaine décennie, et cette technologie serait une voie d'avenir plus verte pour atteindre cet objectif, car l'éolien offshore pourrait à lui seul générer jusqu'à 160 GW, s'il était pleinement exploité.

La technologie nécessaire reste cependant à ses débuts, principalement en Europe du Nord, et coûte cher. Mais le prix de la construction et de l'exploitation de turbines massives dans l'océan monte rapidement en flèche. «Le coût des énergies renouvelables est extrêmement élevé et c'est le meilleur moment pour que les énergies renouvelables jouent un rôle plus important sur le marché», confie Liming Qiao, directeur Asie du Global Wind Energy Council.

Premier parc éolien à Bac Lieu, Sud Vietnam

Outre le coût, le principal obstacle réside dans… le réseau électrique sous-développé du Vietnam. Ainsi, "renforcer le réseau électrique national et définir des priorités qui donnent une valeur appropriée à l'énergie éolienne […] sera vital au pays afin d'accélérer le déploiement des énergies renouvelables", a déclaré Qiao.

Le gouvernement est en train de finaliser un plan national de développement de l'électricité qui devrait orienter le rôle des énergies renouvelables au cours des prochaines décennies, offrant ainsi plus de clarté aux investisseurs.

Un enchevêtrement de lignes électriques à Ho Chi Minh-Ville
 
Dans un pays émergent à l'économie en plein essor, tout est possible. Espérons que les problèmes de pollution seront abordés et traités rapidement, améliorant encore et encore la position du Vietnam sur la liste des meilleures destinations écologiques à visiter.

Pour toute question ou information, contactez-nous ici.
 
Autres blogs

Laissez-nous vos commentaires

Champs obligatoires (*)
Votre nom (*)
Email (*)
Confirmer votre Email (*)
Vos commentaires
Envoyer votre commentaire
En association avec
TripAdvisor Lonely-Planet petitfute travelife